Nous ferons ce voyage sur 3 siècles, tout cela chronologiquement afin que vous puissiez apprécier la vie de notre commune, une vie tracée depuis 1870 par une dizaine de municipalités et de maires de sensibilités différentes qui ont tous et continuent d’œuvrer pour notre bien être.

Alors ensemble, explorons ce Jouet tel qu’il était hier – disons avant-hier, puisque pour débuter nous allons remonter au Moyen Age.

Pour commencer cette visite un peu de géographie :

        Notre commune, bordée par la Loire à l’Est, la Forêt d’Aubigny au Nord, la Forêt du Lieu au Sud et les Bois de la Boucharderie à l’Ouest, faisait autrefois partie du Nivernais qu’elle quitta lors du découpage des départements à la Révolution.

Tapie dans cet écrin de verdure et de fraîcheur, pour une superficie totale de 1732 hectares dont 622 hectares de forêts, 357 hectares de terres agricoles et 448 hectares de Prés, Jouet est traversée par l’Aubois, petite rivière affluent de la Loire qui prend sa source à Augy-sur-l’Aubois à une altitude de 230 mètres pour se jeter dans le fleuve sauvage à Marseilles-les-Aubigny, après un parcours de 42 kilomètres à une altitude de 163 mètres (IGN). Le point culminant de notre commune est au Taillis des Guettes (206 mètres) qui est situé à quelques centaines de mètres de la Ferme de la Morine. Des silex taillés trouvés à cet endroit tendraient à prouver que ce fut un camp de nos ancêtres pendant la préhistoire. A cette époque, le niveau des eaux ne laissait apparaître que les points les plus élevés. L’emplacement du bourg ne devait être qu’un gigantesque plan d’eau. La côte la plus basse de notre commune est bien sûr le lit de l’Aubois qui serpente entre 171 mètres au Moulin de Pruniers et 168 mètres au Pont du Fournay.

En reprenant les renseignements parus dans l’ouvrage de « Topographie historique statistique et archéologique du département du Cher » d’Auguste Frémont (1862), on peut noter que la qualité du sol divisé en douzaines se définit comme suit :

  • une douzaine de terre franche,
  • trois douzaines de terre forte ou argileuse,
  • deux douzaines en terre calcaire,
  • une douzaine en terre silicieuse,
  • et le restant en terre sableuse blanche.
Print Friendly, PDF & Email